Suivre une formation post-permis pour réduire la période probatoire

La formation post-permis est un stage souvent dédié aux titulaires d'un premier permis de conduire. Elle peut avoir lieu entre 6 et 12 mois après l'obtention de celui-ci. Le gouvernement a mis en place cette formation afin d'éviter le phénomène de « surconfiance ». Il s'agit d'une sensation évoquée par les conducteurs novices qui, après l'obtention de la carte rose, se surpassent dans la conduite et peuvent générer des accidents. Découvrez toutes les informations associées ci-après.

Les bonnes raisons de passer par la formation post-permis

Comme évoqué précédemment, le stage peut être assisté entre 6 et 12 mois après l'obtention du permis. Sa mise en place est notamment de favoriser une prise de conscience sur le risque. Cela évitera en effet le sentiment de surconfiance lorsqu'un jeune conducteur évoque une assurance de taille au volant.

Dans la majorité des cas, ce sont les conducteurs novices qui sont souvent impliqués dans les accidents. Le fait de suivre cette formation réduit la période probatoire à deux ans. Normalement, en ce qui concerne les formations traditionnelles, la période probatoire est normalement de 3 ans. Mais il faut notamment éviter de commettre des infractions qui entraînent souvent la perte de points sur le permis.

En général, le stage se déroule d'une manière collective. L'objectif est notamment de favoriser les échanges d'expériences entre conducteurs. Les cours sont souvent dirigés par un enseignant de la conduite habilité. Il animera les séances d'une manière professionnelle. Pour votre information, le contenu de la formation code de la route et du permis respecte un arrêté publié en 2019. Il est créé par des experts de la sécurité routière.

formation auto école post permis

Formation post-permis : pour qui et pour combien de temps ?

Pour votre information, le stage post-permis est destiné aux conducteurs déjà titulaires d'un permis de conduire de catégorie B, A1, A2 et B1. Celui-ci doit être obtenu au moins 6 mois et 12 mois au maximum. Il s'agit d'un parcours non obligatoire. La démarche doit se faire d'une manière volontaire. Il est donc accessible à tous les conducteurs, seulement ceux qui n'ont pas encore commis aucune infraction qui a engendré le retrait de points sur le permis ou encore d'une suspension du droit de conduire durant la période probatoire.

En règle générale, le stage complémentaire au permis de conduire dure 7 heures. Il est notamment assisté par un expert de la conduite et de la sécurité routière. Il se déroule dans un établissement de conduite labellisée qualité. Selon le cas, tout se déroule d'une manière collective par petits groupes (6 à 12 personnes au maximum).

Quel programme pour la formation post-permis ?

Les 7 heures d'apprentissage sont souvent divisées en deux parties.

Pour la première heure, le programme se focalise particulièrement au questionnaire d'autoévaluation et à la perception des risques. Pour se faire, le professionnel de la conduite propose des exercices sur simulateur pour stimuler une réflexion collective sur les éventuels dangers de la route. Le but est surtout de faciliter la compréhension et la gestion de toutes les situations de conduite même les plus complexes.

Par contre, l'après-midi, le cours se centre sur la mobilité dans tous ses états. L'objectif est surtout de conscientiser chacun pour un déplacement sûr et responsable. Le cours sera ensuite clôturé par un bilan oral pour une conduite responsable.